top of page

Articles de presse parlant de l'ATS

Article Revue Ouest France Octobre 2023.jpg
Revue Universités Grandes Ecoles Ouest France
Octobre 2023
Article Ouest France Patrick Lelu Janvier 2023.png
Supplément Ouest France Janvier 2023
Article tiré du site : reussirmavie.net

ATS, une classe prépa à Joliot-Curie - Rennes

Ouest France, Novembre 2011

 

La filière ATS (Adaptation pour techniciens supérieurs) de Joliot-Curie

est une classe préparatoire scientifique permettant aux étudiants

titulaires d’un BTS ou d’un DUT industriel de préparer les concours

d’entrée en école d’ingénieurs.« La plupart d’entre eux ont besoin d’un

enseignement de réorientation pour suivre avec profit les études

d’ingénieur. C’est à eux que s’adresse la filière ATS », expliquent

Annie Le Calvez, professeur de physique et Philippe Soutif, professeur en sciences de l’ingénieur. « Elle leur offre la possibilité d’une orientation nouvelle vers une carrière valorisant leurs connaissances, leur motivation et leur sens des responsabilités. Cette année d’études assure les bases fondamentales nécessaires à la poursuite d’une formation en cycle supérieur dans les grandes écoles. »Ouverte il y a un an, les résultats obtenus sont prometteurs puisque plus de 92 % de la première promotion ont pu accéder à une école d’ingénieurs.

Janny, Mathieu et Kevin intégreront une école d’ingénieurs à la rentrée, grâce à la prépa ATS.

 

La classe ATS permet à des étudiants titulaires d’un BTS ou d’un DUT de passer en école d’ingénieurs. Le taux de réussite est remarquable. « Jamais je n’aurais pensé intégrer une école d’ingénieurs, confie Janny, étudiant en ATS au lycée Joliot-Curie de Rennes. Après un bac STI j’ai passé un BTS mécanique automatisme industriel (MAI). J’étais juste pour une école d’ingénieurs, alors j’ai trouvé cette classe prépa. L’an prochain je pense entrer à l’Insa pour devenir concepteur de machines agricoles. »

Mathieu, originaire de Laval, a lui aussi un BTS. « Avec une spécialité industrialisation de produits mécaniques je n’aurais pas eu de mal à trouver du travail comme opérateur d’usinage. Mais j’avais envie d’aller plus loin. En ATS, j’ai pris confiance en moi. » 

janny-mathieu-kevin 2012.jpg
bottom of page